Search
  • ONU Mali

Atelier de formations des acteurs nationaux sur la gestion des produits chimiques


L'OMS a estimé à 1,6 million le nombre de vies perdues en 2016 en raison de l'exposition à certaines substances chimiques, notamment les pesticides, l'amiante, divers produits chimiques domestiques et professionnels, la pollution atmosphérique ambiante et domestique, la fumée du tabac secondaire, le plomb et l'arsenic. Les intoxications non intentionnelles avaient causé pendant la même année, 106 683 décès dans le monde, dont 27 769 dans la région Africaine de l’OMS. L'utilisation abusive de pesticides par auto-intoxication intentionnelle provoque environ 7 800 décès par an, soit environ 20% de tous les suicides. Les enfants, les femmes et les personnes âgées sont relativement vulnérables aux risques d’exposition et d’empoisonnement.


C’est dans ce contexte peu reluisant que s’est ouvert le mardi 25 juin 2019 au Grand Hôtel de Bamako, l’atelier national pour renforcer les capacités du secteur de la santé en matière de gestion rationnelle des produits chimiques grâce à la promotion et à la formation des outils pertinents de la boîte à outils de l'IOMC.

Organisé par l’Organisation mondiale de la Santé en collaboration avec le Ministère de la Santé et des Affaires Sociales l’atelier vise de façon spécifique à renforcer la participation du secteur de la santé à la mise en oeuvre des accords multilatéraux sur l’environnement, notamment en appuyant la mise en oeuvre de l’approche stratégique de la gestion rationnelle des produits chimiques, (ii) contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD), en particulier les objectifs 3, 7 et 12, et (v) contribuer à la mise en oeuvre du plan d'action stratégique pour l'intensification des interventions en matière de santé et d'environnement en Afrique 2019-2029 et enfin vi) contribuer à la mise en oeuvre de la stratégie régionale de l'OMS pour la gestion des déterminants de la santé liés à l'environnement 2017-2021 en Afrique.


À l’ouverture des travaux, le Représentant de l’OMS, Dr Yao Théodore s’était réjoui de la sélection du Mali parmi les deux pays pilotes à bénéficier de cette formation en Afrique, car ceci est une grande marque de confiance. C’est pourquoi il encourage le Gouvernement à tirer le maximum de profil de cette activité et à répliquer l’expérience jusqu’au niveau communautaire. Avant de finir, il a lancé un appel vibrant à tous les acteurs du secteur de la santé pour leur implication dans la gestion des produits chimiques en particulier dans l’application du Règlement Sanitaire International 2005.


Pour sa part, le Représentant du Ministre de la Santé et des Affaires Sociales, Dr Abdoulaye Guindo a remercié l’OMS pour cette heureuse initiative qui contribue à la formation des acteurs nationaux sur la gestion des produits chimiques. Pour rappel, le Mali a signé et ratifié la plupart des conventions, accords et traités internationaux et régionaux relatifs à la réglementation des produits chimiques. Cependant déplore-t-il, beaucoup reste à faire pour régler les problèmes d’exposition aux produits chimiques ou pour limiter leurs émissions dans l’environnement. C’est pourquoi, il fonde l’espoir que les conclusions qui seront issues de cette rencontre permettront au Mali de réchauffer les efforts assez timides dans ce secteur.

3 views

Copyright © 2019. Système des Nations Unies au Mali 2019. Tous Droits Réservés.